François Julien-Labruyère

Ordonner sa vie en rubriques est un exercice périlleux car il risque de faire oublier qu'il s'agit d'une seule et même personne... Mais un site internet n'a rien d'un roman, ni d'une autobiographie en bonne et due forme. Il est plutôt une sorte de hangar temporaire où, par souci de clarté pour les autres (?), on essaie de classer de vieux papiers sans jamais parvenir vraiment à leur donner du sens : c'est la nature des souvenirs que de s'entasser ainsi alors qu'ils n'ont peut-être plus réellement cours. Une anecdote me revient de ma mère : elle était toujours obsédée - moralement obsédée - par sa tentation de jeter les restes d'un repas. En même temps, parce qu'elle savait l'inutilité de son geste, en gardant ce qui subsistait d'un plat, elle avait souvent ce mot : « Je le mets au frigo en attendant la poubelle ! »

Les sites internet sont ainsi des purgatoires changeant au gré des réécritures et, l'air de rien, cette petite introduction aurait plu à mon analyste... qui, très vite, m'aurait fait accoucher des dangers de la fascination narcissique !

Je n'ai pas choisi par hasard cette adresse internet avec un suffixe .eu : depuis qu'entre Charentes et international j'ai bâti ma vie personnelle et professionnelle, je me suis avant tout considéré comme euro-charentais. Autrement dit comme porteur d'une identité qui n'existe pas encore pleinement au niveau européen et qui, malheureusement, n'existera jamais au niveau charentais autrement qu'en clin d'oeil amical.

Comme introduction aux six chapitres de mon site, voici une interview de 28 minutes réalisée le 6 janvier 2008 par Anne Constantin pour Radio-Accords d'Angoulême. Le genre, certes, n'ignore pas les raccourcis quant aux faits et quelques inexactitudes quant aux dates, mais l'esprit y est... On aura même droit à un intermède musical de 2 minutes : un fragment de la cantate de Jean-Sébastien Bach, BWW 91, Gelobet seist du, Jesu Christ, enregistrée à l'Abbaye aux Dames de Saintes par le Collegium vocale Gent dirigé par Philippe Herreweghe.


Cliquer sur le bouton vert pout écouter l'interview.

Contact